On nous l'avait pourtant bien expliqué : le « Partenariat Public Privé » (PPP) était LA meilleure solution pour la construction d'un grand stade. Il s'en trouvait même, comme Michelle Demessine, pour prétendre que c'était une façon de « faire payer le privé ».

corbeille

En réalité c'est bien la collectivité publique qui paye : de façon différée, pendant 31 ans, mais avec les intérêts bien entendu (en plus des infrastructures routières qui, elles, sont à payer cash).

Mais voilà qu'aujourd'hui, dans un article de la Voix du Nord, le directeur de cabinet de Martine Aubry émet des doutes sur l'intérêt du PPP. Il faut dire que des cabinets financiers internationaux ont eu l'outrecuidance de considérer le loyer du PPP pour ce qu'il est, une dette, et de l'intégrer dans la dette globale de LMCU.

Notre chère communauté urbaine étant par ailleurs empêtrée dans des emprunts toxiques dont elle n'arrive pas à se défaire se trouve ainsi dans une position très inconfortable.

L'un des plus gros scandales de ce projet de stade c'est que le poids de sa dette dans les finances publiques empêchera Lille Métropole Communauté Urbaine de trouver des fonds pour réaliser des équipements VRAIMENT utiles.

Rappelons au passage qu'un sondage réalisé auprès de la population de l'agglomération montrait que le stade arrivait pourtant très loin dans la liste de leurs priorités.

À lire :